Courchevel 1850

Le territoire de la commune de St-Bon-Tarentaise à laquelle est rattachée Courchevel appartient à la vallée de Bozel. Il s’étage sur le versant nord de la vallée sur 2300 m de dénivelé. En 50 ans, la commune a connu de profonds bouleversements, passant d’une communauté montagnarde organisée autour d’une économie agro-sylvo-pastorale, au rang de première station internationale de sports d’hiver. La mutation touristique débute à la fin de la 2e Guerre mondiale avec l’initiative du Conseil général de la Savoie de réaliser une station de sports d’hiver qui prendra appui sur les contraintes du site et les exigences liées à la pratique du ski.

Le projet propose d’emblée la recherche de conceptions urbaines et architecturales nouvelles développées par l’équipe d’architectes urbanistes constituée autour de L. Chappis et D. Pradelle qui inventent un style propre à la montagne. Cette conception représente une révolution dans l’art de bâtir en montagne substituant au classique chalet savoyard au toit à deux pans, un style nouveau adapté aux modes de construction du moment et aux besoins d’une clientèle de séjour de courte durée. En développant pour la première fois, sur un même site, une pensée cohérente prenant en compte les facteurs nécessaires à une station de sports d’hiver, la station idéale se concrétise. Émile Allais expérimente l’aménagement, l’équipement et l’entretien du domaine skiable permettant au plus grand nombre la pratique du ski alpin. Cette conception d’une station de loisirs est désignée sous l’appellation d’École de Courchevel.

Considérée comme un laboratoire d’idées, Courchevel 1850 devient avec le développement massif des sports d’hiver pendant plus de trente ans, un des modèles de référence pour l’équipement hivernal de la montagne en France, comme dans le monde. Puis, face au succès commercial, la station franchit une nouvelle étape par la mise en place de principes d’urbanisme et d’architecture conventionnels autorisant transformations, extensions et démolitions, faisant disparaître les premières réalisations de Courchevel d’inspiration moderne. La densification et la volonté de changer l’image de la station conduisent à préférer une architecture d’inspiration néo-rurale et à étendre les zones constructibles. Néanmoins, l’intérêt architectural des constructions pionnières de Courchevel 1850 a été reconnu, certaines ont été inscrites en 2005-2006 Monuments Historiques.